Le projet de centrale thermosolaire de SOLAR EUROMED

 

Le projet de complexe industriel qui projette de s'installer sur la plateforme de Chevalet à Aspres sur Buëch est porté par la société SOLAR EUROMED.

 

Voir site Internet : www.solareuromed.com

 

 

SOLAR EUROMED se présente comme "une entreprise de haute technologie innovante dans le domaine du développement de la filière énergétique thermosolaire en France et dans le monde, souhaitant construire des centrales thermosolaires totalisant plusieurs milliers de Méga Watts".

 

miroirs

 

Le principe est très séduisant et se positionne dans le cadre des recherches sur les énergies renouvelables. Il serait certes intéressant que les Hautes Alpes bénéficient de ces nouvelles technologies et abrite la première centrale solaire française de grande puissance.

 

 

Néanmoins, de nombreuses questions se posent et doivent être bien étudiées avant de détruire l'aérodrome pour commencer les travaux de cette centrale :

 

- le projet est-il technologiquement viable ? Il existe des centrales expérimentales, en Espagne par exemple, qui affichent des productions beaucoup moins importantes que celle qui est donnée par SOLAR EUROMED. Aucune centrale thermosolaire n'assure de réelle production dans le monde, en encore moins une centrale qui utiliserait le sodium (potentiellement dangereux, et non validé par des expériences préalables...). Certes il faut innover, mais il faut d'abord tester avant d'envisager 50 ha de miroirs ! Il faudrait également savoir qui seront les intervenants techniques qui vont réaliser les travaux et le suivi.

 

- le projet est-il financièrement verrouillé ? SOLAR EUROMED projette d’investir environ 80 Millions d’Euros dans cette opération. C'est une somme conséquente, et le plan de financement doit être forcément bien établi. Qui seront les financeurs d'un tel projet ? Pas le Conseil Général des Hautes Alpes, qui s'est clairement expliqué sur ce sujet. La Région, la Communauté des Communes et le village d'Aspres sur Buëch, comme c'est indiqué dans les communiqués de presse ? Voilà qui fera plaisir aux habitants.

 

- le projet aura-t-il des retombées intéressantes en terme d' emplois pour la vallée du Buëch ? SOLAR EUROMED indique que 30 emplois durables liés à l'entretien des installations seront créés sur le site de Chevalet. C'est beaucoup, si on compare aux installations du barrage de Serre-Ponçon, qui produit 20 fois plus d'électricité (380 MW par an) et qui emploie 15 personnes à l'année. Pour conserver le ratio "emplois / puissance produite" de la centrale solaire, le barrage devrait employer 570 personnes... Ce type d'installations crée généralement entre 2 et 4 emplois à l'année.

 

- n'y a-t-il vraiment aucun autre endroit dans le département où l'on pourrait installer cette centrale sans supprimer des activités existantes et des projets aéronautiques ambitieux ?

 

- quel sera l' impact environnemental d'une telle centrale thermosolaire ? L'électricité ne pouvant pas se stocker, il faudra qu'elle soit transportée vers des sites de consommation (villes, zones industrielles) via des lignes à haute ou moyenne tension, qui risquent de défigurer la vallée (pas possible d'enterrer de telles lignes, malgré ce qui est annoncé).

 

- enfin, qu'adviendra-t-il du site sur lequel cette centrale solaire sera installée, une fois qu'elle ne fonctionnera plus ? Probablement des hectares champs dévastés, inutilisables pour d'autres activités.

 

 

Ces interrogations légitimes doivent trouver des réponses claires, étayées et concrètes avant que le Conseil Général des Hautes Alpes ne prenne sa décision sur l'implantation de ce complexe indisutriel sur la plateforme du Chevalet. Le comité de défense de l'aérodrome va s'employer à obtenir ces réponses et à les transmettre aux élus.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

INFORMATIONS

 

Voici les documents publiés le 18/10/2007 sur le site de SOLAR EUROMED :

 

- communiqué de presse du 18/10/2007 Extrait principal :

"Le 16 octobre dernier, la société SOLAR EUROMED a signé une convention avec le Conseil Général des Hautes Alpes pour construire dans le département la première centrale solaire française à concentration de grande puissance"

 

- présentation du projet de SOLAR EUROMED "SOLENHA" : les aspects techniques ne sont pas du tout explicités.

 

- les partenaires du projet SOLENHA : aucun financeur n'apparaît dans cette liste.

 

- l'équipe de SOLAR EUROMED : fichier installé puis très rapidement supprimé du site SOLAR EUROMED - on peut se demander pourquoi.

 

- la Charte d'Ethique de SOLAR EUROMED. Belle éthique que celle d'une société qui condamne les activités des autres !

Citation : "L'éthique professionnelle est le socle fondamental sur lequel est fondé le comportement de l'entreprise et des salariés".